Edition 2015

Palmarès 2015
Cigale d'or 2015
 "DURAK "

Réalisé par Yuriy Bykov

Russie 2015 - Présenté en avant-première

 

Dima Nikitin, un plombier simple et honnête, exerce dans une petite ville russe. En dehors de son exceptionnelle intégrité, rien ne le fait sortir du lot jusqu’au jour où la tuyauterie d’un dortoir, principalement occupé par des ivrognes et des marginaux, éclate, menaçant les occupants. Tout le monde doit être immédiatement évacué mais personne ne s’en soucie. Nikitin se lance alors dans une odyssée nocturne, à l’assaut de tout un système de bureaucrates corrompus.
Est-il possible de rester honnête ? On finit par en douter. ‘Durak’ veut dire ‘fou’ ou ‘idiot’. Quand tout le système tient par escroquerie et corruption généralisées il faut bien être fou pour rester humain. Ce qui est frappant dans ce film, c’est que, contrairement à certains films de l’Ouest où les femmes représentent les valeurs humaines contre des hommes trop occupés par leur carrière, ce sont ici deux hommes qui sont ‘fous’, père et fils, tandis que leurs femmes les accablent de tout parce qu’ils ne réussissent pas à assurer le bien-être matériel de leur famille.

Prix Profil
 "LES HOMMES QUI SAUVENT LE MONDE "

Réalisé par Liew Seng Tat

Malaisie 2014 - Présenté en exclusivité

 

" A travers l’histoire d’un petit village malais, le film pose des questions universelles sur les comportements d’un groupe humain et le poids des croyances et des superstitions.  Ces villageois s’unissent pour déplacer, sinon les montagnes, du moins une maison dans la jungle, mais, à la suite d’événements inexpliqués, la communauté va s’unir avec la même ferveur dans une chasse au démon qui dégénère dans une chasse à l’homme. L’observation de cet égarement interroge sur ce qui unit et oriente l’action d’une collectivité. Ce besoin de solidarité et d’union ne comporte-t-il pas des risques de mauvaises analyses et de dérives comme le suggère la fin du film ? Faut-il créer un bouc émissaire pour ressouder la collectivité ?

 

Ce sujet sérieux est porté avec bonheur par un scénario très construit et une réalisation pleine d’humour et de trouvailles cinématographiques. "

 

Le président du jury Profil

Court-Métrage - Prix du jury
 "ENVIE DE ... "

Réalisé par de Catherine Verlaguet-Washbourne

 

Ellie est seule depuis plusieurs mois et chatte pour palier sa solitude. Elle a Daniel au bout du clavier qui sort lui aussi d’une histoire difficile. Mais Ellie cache un secret et n’ose rencontrer cet homme de peur qu’il  ne s’enfuie en la voyant. Un ami la persuade du contraire et élabore un plan de camouflage.

 

Court-Métrage - Prix du public
 "AU SOL "

Réalisé par e Alexis Michalik

 

Évelyne doit se rendre à Londres. A l’aéroport, plus moyen de trouver les papiers de son nourrisson. Impossible d’aller plus loin. Avec l’aide d’une jeune hôtesse, Évelyne va combattre les rouages de l’administration et, peut-être, décoller à temps ... 

 

Hommage
Jean Jacques BERNARD

Une pensée pour Jean Jacques Bernard, président du jury du Ciné Festival 2015 qui nous a quitté quelques jours après son passage à Montauroux.

Il était également venu en 2012 pour "Une leçon de cinéma ", et en 2014 pour animer avec passion notre rétrospective sur le cinéaste Ernst Lubitch.

 

Article Var Matin Jean Jacques Bernard

2019 - Site créé par Créalia - cfpf83@gmail.com